Stop au bétonnage de Vigneux !

Le collectif "stop béton" de Vigneux-sur-Seine s'insurge car depuis trop d'annéees il ya beaucoup de constructions anarchiques sans projet urbain. C'en est trop ! Devant ce constat du bétonnage de Vigneux-sur-Seine, l'absence de centre-ville, de cinéma, d'équipements culturels et la disparition des services publics, ainsi que la destruction de notre patrimoine collectif et naturel, cette pétition veut rassembler le plus grand nombre de signatures.

L'objectid du collectif "stop béton" est d'obtenir un entretien avec le maire et un moratoire jusqu'à ce qu'une réunion publique soit organisée pour discuter le projet urbain dans chaque quartier. Ce collectif "stop béton" est ouvert à tous les habitants, aux associations de riverains, militants de la cause sociale et environnementale, qui veulent de la transparence, défendre une meilleure qualité de vie et léguer une ville à taille humaine à leurs enfants.

Monsieur le maire,

C’est avec consternation que de plus en plus de Vigneusiens constatent l’anarchie urbaine dans laquelle est engagée notre ville et la destruction de notre patrimoine collectif et naturel. 

Il est nécessaire de trouver une solution au logement des franciliens, nous le reconnaissons. Mais les constructions s’enchaînent depuis trop d’années sans véritable plan, au gré des destructions de maisons et d'immeubles et de l'espace naturel disponible. De nouvelles constructions bétonnent notre ville et ses espaces verts sans vision urbaine. Au moindre mètre carré disponible répond un permis de construire pour que pousse un immeuble d’habitation, sans que soient fournis les services publics adéquats, comme les écoles et les places en crèche, l’accès aux soins, où les équipements de loisirs correspondant. Et surtout sans demander aux riverains et à la population leur avis, alors que vous êtes sensé défendre l’intérêt général et la bonne information des Vigneusiens sur les politiques menées.

Pire, les espaces verts, nos parcs, forêts, terrains de jeu… tous ces lieux de liberté, qui font la qualité de notre ville, sont dévastés. La Fosse Montalbot, le poumon de la Croix-Blanche, est grignoté de toute part. Le Parc de Rouvres a récemment subi l’assaut désastreux de cette politique avec la coupe d’arbres remarquables protégés. Faut-il s’attendre à ce que les quais de Seine, dernier havre sauvage de notre ville, subissent le même sort ?

Rien n’arrête cette frénésie. Voilà que l’ensemble des « Briques rouges », labellisé « Patrimoine du 20e siècle », et qui fait l’objet d’une exposition à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, est bradé. Le bâtiment de la « Sécu », cher à toute une génération de Vigneusiens, imaginé par l’architecte Paul Chematov il y a plus de 40 ans, et qui figure à l’inventaire général du patrimoine culturel, risque d’en faire les frais.

Vigneux était une terre agricole, puis un ancien bourg, avant de devenir une « ville dortoir » dès les années 50. Une ville simple donc, accueillante, avec des habitants qui ont toujours été ouverts au dialogue et à la rencontre de l’autre, et qui sont attachés à leurs lieux de mémoire, à leurs espaces verts, à leurs services publics, à leurs commerces de proximité, comme le magasin discount de la Croix-Blanche qui n'a pas trouvé de place dans le nouvel urbanisme.

Cette urbanisation à la hussarde va à l’encontre de toutes ces valeurs, mais nous n’avons pas pu nous faire entendre par vous malgré les multiples appels d’habitants, d’associations, de collectifs de riverains, de défenseurs de la nature.

Notre ville doit cesser de subir ces constructions successives sans consultation ni projet urbain. C’est la moindre des libertés que de demander, pour cela, plus de démocratie. Il serait inacceptable, à l’heure de la démocratie participative, du « collaboratif » et du tournant historique vers une société du développement durable que notre pays incarne, que notre appel ne soit pas entendu.

Au regard d'une telle situation, nous citoyens français, nous Vigneusiens, nous riverains, nous membres d'associations, militants de la cause sociale et environnementale, refusons que notre ville soit le théâtre de constructions répétées et anarchiques au détriment de la qualité de vie, des services aux habitants et de notre environnement naturel auquel nous sommes tant attachés. Cette pétition est là pour le dire.

Mais nous voulons construire dans le dialogue et la démocratie. C’est pourquoi nous demandons un moratoire sur les nouvelles constructions afin qu'un débat public soit organisé sur l'urbanisme à long terme, l'arrêt des constructions en vrac, et la création d'un centre-ville pour tous à Vigneux-sur-Seine.

Nous ne saurions imaginer que cet appel ne soit pas entendu, et qu’une audience ne nous soit pas accordée afin d’en étudier les modalités, alors que la démocratie locale est le dernier rempart des Français qui doutent de la politique.

Karim Bouhassoun

Ensemble pour Vigneux

Pour le Collectif "Stop béton" à Vigneux-sur-Seine

 

Signer

Diffusez auprès de votre entourage